Accueil > Vu d’ici > Et Marcellus dit à Horatio

Et Marcellus dit à Horatio

mercredi 22 février 2017

Ch. Tricoit. Bus 129, 2 (2009).

21/02/2017
En Roumanie, des milliers de personnes manifestent pour réclamer la démission du gouvernement depuis l’adoption d’un décret dépénalisant certains faits de corruption, partiellement abrogé depuis. En France, même si pas un jour ne passe sans de nouvelles affaires, on en est loin.

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a été créée en 2013 après l’affaire Cahuzac.
En 2012, accusé de conflit d’intérêts par la droite, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, avait rétorqué : « Je n’ai pas embauché ma femme, j’ai épousé ma collaboratrice » (sic). L’année suivante, ce dernier se disait « réservé » quant à la déclaration du patrimoine des élus et qualifiait de « voyeurisme » la publication de celle-ci, mot repris par d’autres, dont François Fillon en 2013.

Les députés ont adopté récemment un amendement prévoyant un délai de prescription pour les infractions « occultes » et « dissimulées ». « Une vraie prime à la fraude financière », selon Mediapart (17/02/2017).
Des soupçons de corruption pèsent sur nombre de politiques, ce qui ne les empêche pas de parader un peu partout, une ancienne ministre envisageant même de se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Dans les pays scandinaves, une personnalité politique soupçonnée de corruption « ne tiendrait pas deux heures », remarquait récemment Eva Joly, magistrate et députée EELV, sur France Inter. Mais, si le népotisme est très répandu en France, y compris dans certaines mairies, par ex. celle de Romainville (Seine-Saint-Denis), il est en revanche interdit au Parlement européen.
Jadis, les Espagnols parlaient de pundonor, « sentiment qui pousse une personne à maintenir sa bonne réputation et à se surpasser » (Diccionario de la lengua española [DLE, Real Academia Española ») : la traduction, « point d’honneur », peut s’entendre ici dans les deux sens.

Et Marcellus dit à Horatio qu’il y avait quelque chose de pourri dans le Royaume de Danemark, « Something [...] rotten in the state of Denmark » (Hamlet, I, 4).

*
22/02/2017
Tandis que la désastreuse bataille d’égos Mélanchon/Hamon fait rage à gauche, Brice Teinturier, directeur général d’Ipsos, était l’ « invité de 8h20 » de Patrick Cohen, sur France Inter ce 22 février, pour parler de son dernier livre sur la désaffection d’une partie des électeurs français (30%) envers la politique1, où il invente le sigle PRAF (Plus rien à faire/à foutre). Qu’en sera-t-il du prafisme et des prafistes lors de la prochaine élection présidentielle ?


1. Brice Teinturier. Plus rien à faire, plus rien à foutre. La vraie crise de la démocratie. Essai. Paris. Robert Laffont, à paraître le 23 février 2017. 18 €.

V. aussi anticor.

Portfolio

  • 129 / 2.