Accueil > Critique > Art : « Chefs-d’œuvre derechef » (CŒD) par Patrick Le Divenah > La belle affaire !

La belle affaire !

vendredi 24 février 2017

LA BELLE AFFAIRE !

Toutes les présuppositions se sont révélées fausses.
Non les deux hommes n’avaient pas contraint la femme, non sa nudité ne lui avait pas été imposée.
Non cette nudité n’était pas l’essentiel, non son regard ne se détournait pas des deux hommes.
La baigneuse confirma le témoignage.
Plusieurs amis corroborèrent : non les personnages n’appartenaient ni à l’Histoire, ni à la Mythologie, ni à la Bible, ni à l’aristocratie, non, pas même à la bourgeoisie en gibus, tout juste à la jeunesse estudiantine en faluche, non le sujet n’était pas l’essentiel.
Non les personnages n’étaient ni tragiques, ni dramatiques, ni pittoresques, mais seulement en train de partager un pique-nique dans une atmosphère détendue, un repas champêtre pris de concert.
On insista. On demanda de justifier. Non les couleurs n’étaient pas nuancées à l’extrême mais juxtaposées en taches, opposées en masses de lumière et de zones sombres, non ce n’était pas une peinture séduisante, mais une peinture vraie et cette vérité émanait du tableau d’Édouard.
On se demanda ce que valait cette affaire.
L’affaire est entendue depuis longtemps.

D’autres affaires sont en cours.
On se demande combien valent ces affaires.

Patrick Le Divenah