Accueil > Critique > Art : « Chefs-d’œuvre derechef » (CŒD) par Patrick Le Divenah > Un couple fait pour durer

Un couple fait pour durer

lundi 20 mars 2017

UN COUPLE FAIT POUR DURER

— Ces deux tableaux d’Adam et Ève, thème fondamental dans l’œuvre de Dürer, ne sont-ils pas les deux premiers nus de la peinture allemande traités grandeur nature ?
— Absolument. C’est une peinture hédoniste, pourrait-on dire, qui charme la vue par le jeu balancé des courbes et l’accord délicat des tonalités. Ces chefs-d’œuvre picturaux traduisent une volonté de géométrisation des formes, de grandeur et d’équilibre chromatique.
— Est-ce que ces qualités picturales ne donnent pas une portée humaniste à l’expression de l’inquiétude religieuse ?
— Oui.
— C’est une peinture hédoniste, en fait, cérébralement parlant.
— Peinture hédoniste, certes, pourrait-on dire, qui charme la vue par le jeu balancé des courbes et l’accord délicat des tonalités.
— Ces deux tableaux d’Adam et Ève, thème fondamental dans l’œuvre de Dürer, ne charment-ils pas les deux premiers nus de l’œuvre de ce peintre ?
— Oui.
— Et n’ajoutent-ils pas encore à l’ineffable beauté de l’œuvre ?
— Tout à fait.
— N’est-ce pas ?
— Absolument.
— Bien.
— Ces deux premiers nus, par le jeu balancé des formes, traduisent une volonté d’inquiétude religieuse. Cérébralement parlant.
— Certains prétendent que ces chefs-d’œuvre picturaux, thème fondamental dans la peinture hédoniste, traduisent une volonté de jeu balancé des courbes qui donne sa portée humaniste…
— … à l’accord délicat des tonalités, je suis d’accord. Cependant, il ne faut pas oublier que ces chefs-d’œuvre picturaux, pourrait-on dire, représentés par une peinture allemande grandeur nature…
— … et thème fondamental chez Adam et Ève !
— …chez Adam et Ève, absolument, représentés dans l’accord délicat des tonalités, pourrait-on dire, qui charme la vue par le jeu balancé des courbes…
— … j’ajouterai : et l’accord délicat grandeur nature des formes d’inquiétude…
— … qui ajoutent encore, ajouterais-je…
— … à l’ineffable beauté…
— … de ce chef-d’œuvre, oui.
— Merci.

Patrick Le Divenah