Accueil > Passage d’encres III, revue en ligne > Un motocycliste avance - Philippe Clerc

Un motocycliste avance - Philippe Clerc

samedi 6 septembre 2014

© Ph. Clerc. Balise, enfant quart.

UN MOTOCYCLISTE AVANCE

Un motocycliste avance à grande vitesse. Des tableaux sont accrochés aux murs d’un couloir. Le couloir mène à la mer. Les morts de Pompéi. La princesse est enfermée dans un placard avec ses bijoux de famille. Une vache saisie de vertige tombe de la falaise. Un paon fait la roue. L’enfant dort. Cinq hommes marchent en longeant le mur. Des hommes creusent la terre. Palais en briques autour d’un homme assis. Une femme aux cheveux blancs se tient près de moi sur le débarcadère. Peu à peu elle s’éloigne, elle devient oiseau. Je me noie, elle plonge la tête sous l’eau. Un homme de trente ans, encombré de fleurs, un homme nu sur un lit. Corde, souris de couleur. Le consul se promène avec de oies endormies sous le bras. Je frappe ma tête, je suis Sénégal. L’ange Bélier vole à la dérive. Elle me raconte un rêve, je suis au bord d’un lac avec elle, je parle allemand. Dans l’allée du cimetière, un mort, famille aimante. Le cercueil se déplace en avant, en arrière, très peu sur des rails. Des femmes mangent dans un pré. Maison, le nain se réveille. Les hommes tentent de combler un étang. Un enfant regarde, attentif à ne pas marcher sur la tombe de Rosalie. Je dois quitter le monde. Une femme me demande des boites de conserves vides. Le train Paris-Rome passe, un homme me donne une bouteille de gin. J’ouvre une porte avec précaution. J’empêche l’enfant de descendre dans la cave. Un chien avale des poissons et des vers. Je prends un bâton. Maison, un homme traverse les murs. Un simple d’esprit bascule de sa chaise. Branle-bas Saint Denis sur les routes. Quel jour le crocodile basse-cour, la tête près des tombes pour déchiffrer. Dans la rue je regarde la femme à jupe de couleurs. Le diable cornu s’approche. Caraman sur la plage. Drapeaux enfouis. Les portes de la ville sont ouvertes. Des chiens qui ont des habitudes et tirent la langue quand on leur présente des figues noires. Je vois un dragon enroulé autour de Saturne, son cœur bleu. Les troupes défilent devant le roi de Bavière. Le roi dit à deux reprises : « Yeux de velours, nez d’argent ». La couleur monte au ciel, des bébés bondissent. Dieu marche le long du fleuve et parle aux merles. Robe du soir, une femme cachée. Un paravent au fond d’un appartement vide, un enfant de neuf ans s’approche, il porte un sac rempli de pierres. Des jeunes mariés se hâtent et présentent un ticket d’entrée. Bernard l’étranger paraît endormi. « La Ciboulette », maison lumineuse dans la campagne. Bagues, or et strass. L’ange Gabriel perd l’équilibre, couronne de fleurs d’oranger. L’ange, un ébrouement d’ailes. Rossignol Mardochée, oiseau nu, le noir comme un coup. Cannes, une église fermée. Des enfants bougent dans la terre. Le paysage : deux îles basses. Saint Honorat, Sainte Marguerite. Le diable jette un pont entre les deux îles. Une femme allongée dans un lit aux draps jaunes. Cathie s’éloigne en fiacre. Des passants se heurtent. Le nain s’en va. Un homme pendu par les pieds. La ville tremble. Le nain poursuit un animal. Cathie étendue sur un divan. Des femmes se déplacent. J’avance le chiffre quarante-quatre, un homme trépigne, la lune tourne très vite. Le fleuve couvert de barques. Deux hommes âgés courent en se tenant la main. Je ferme les yeux. Devant un miroir, un prestidigitateur enlève et remet son chapeau. Plusieurs morts, des squelettes roses, de la frangipane douce qui permet d’aimer. Des ballons traversent le ciel, je pense « navette » . Un personnage gris et blanc est guillotiné. Vidé de son sang, un Chinois, une femme, la plus jeune du groupe, dit « non » en remuant la tête. Des vieillards que l’on tire par la barbe et qui prennent de l’eau de mer entre leurs mains. Enfant bègue avec lion fatigué. De l’eau rougie. Au fond du lavabo, le lapin Grobac. Je m’approche d’un couple enlacé. L’homme et la femme sont couverts d’écailles de poisson. Une balle de revolver traverse les deux corps, je suis drapeau rouge blanc rouge. J’avance la main, le visage du Diable est froid. Caputto sort cette nuit avec une Autrichienne. En voulant m’étrangler, le nain Mingo tombe à la renverse. Je rencontre à chaque étage une femme qui me salue. L’ange cuirassé me donne des gifles, âge quinze. Soldat souffrant sur le banc de l’église. Un marchand vend une carte postale qui représente un ange musicien et à ses côtés un homme à demi enterré. Beau bras, ver luisant. Un couple en lévitation. Les deux îles se rapprochent l’une de l’autre. Île Saint Honorat, une table de la Loi. Allée des eucalyptus, un homme danse. Je surveille des nageurs, une famille, père, mère et ses deux filles. Dans une barque, l’aveugle et ses amis. J’essaye de nager, mes jambes sont arrachées. Sur le quai, un guetteur change de taille, tantôt nain tantôt géant. L’hôpital Anna, des enfants regardent. Le sol se dérobe. Morceaux de viande pour la boucherie. Des hommes se réunissent, un homme debout sur une chaise. Une femme avec un œil de verre s’approche. Un train vide arrive en gare, fenêtres ouvertes. Un homme de cinquante ans perdu. Le Dragon ébranle les murs. Cathie tient entre ses bras la tête de l’homme qui l’embrasse. Je suis un nain, je vais sur le canal glacé. Des oiseaux sont saisis en plein vol et assommés. Caraman paralysé dans un fauteuil. Deux chevaux recouverts d’un drap. J’arrive dans une ville, des personnes immobiles devant la mer. Un homme oublie l’heure. Maison de quatre étages, caillot de sang. Le singe cache ses yeux. Chirurgie dans la chambre. Le guetteur quitte l’arbre. Un homme évanoui couvert de fourmis. Je reçois des cailloux sur la tête. Escargots sur des hortensias au fil de l’eau. Je marche en soutenant un vieillard. L’évanoui dans un bar. Balise, enfant quart. Marchési visé par la boule de billard que lui lance un homme ivre. Je vole au-dessus de la terre, des animaux serrés contre moi. Je rencontre une femme qui porte une robe faite de grains d’orge. Je m’approche, elle garde la bouche fermée lorsque je l’embrasse. Derrière une porte, un chien, la patte prise dans la gueule d’un autre chien. Je me baigne. Bruits de voix, une femme ouvre et ferme la main, elle prend un animal moitié lézard moitié poule qu’elle lance au loin. Un fiacre, à l’intérieur trois femmes m’attirent vers elles. Mains, gants de cuir. Arrêt, décor : des immeubles vides devant la mer.

Philippe Clerc

OX n° 263, juillet 2013.

issn : 1271-0040.