Accueil > Passage d’encres III, revue en ligne > Brèves 5

Brèves 5

vendredi 24 juillet 2015, par Christophe Stolowicki

BRÈVES 5

D’aucuns américanophiles comme on est anglomane, c’est-à-dire français.

Ajourée une éthique de l’impensé, fulgurent par rafales des mathèmes ou lemmes dont l’aporie fait foi. L’espace-temps vécu.

Une funambule avance sur les brisées de sa phrase comme sur les brisants d’une fractale.

Démêler une chevelure de comète dans l’impasse d’un poème.

Aussi loin qu’il s’en souvienne, il avait toujours rêvé en couleurs [roman]. Je rêve en couleurs aussi avant qu’il m’en souvienne [récit]. A bleu, i rose, intempestives voyelles [poème]. Anywhere out of my voice.

Les plusieurs vies que Nietzsche requiert du philosophe un poète paraphe en s’abstenant de philosopher.

Roman, récit. Qu’on appose un Saint-Loup de dentelle ou croie arracher le masque de fer, dangereusement prolixe l’on s’avance, effiloché bavard conjectural – qu’assèche apaise, de troisième génération, la tombée de cartes d’un secret de famille gros comme l’y né au milieu de la figure.

Dans le fond de l’œil deux parallèles se séparent à l’infini.

Latent l’alenti, le grave dans le suraigu. Quand Coltrane plays the blues, que dans ses plus folles accélérations la voix à bout de souffle s’étrangle de chagrin soprano, en quelques accords Œdipe dénoue l’énigme fameuse, l’emmêle à torsades pour la retourner éternellement.

Un disque rayé s’affranchit à saccades imperceptibles, lisse la sale enfance discontinue d’éclats.

Fait défait un travail de bénédictin, d’orfroi, d’effraie. Sans le secours d’aucun psychanalyste mais de quelques poètes, jazzmen, hasards.

Les publicitaires ne parlent pas la langue de leurs cibles impunément.

D’une spécifique, plombée résonance dans sa langue natale Gombrowicz comble les traducteurs. À Mishima qui passe la double porte de transiter par l’anglais tout flacon est poreux.

Il résume en avant-propos son roman Après le banquet, plus palpitant d’être adossé. Évacué une fois pour toutes le suspens.

Stendhal, Flaubert. Un long intermède d’analphabète je me délecte de la menue monnaie battant aloi des nouvelles carrées, salubres de leurs séides, disciples Mérimée, Maupassant : batteurs, contrebassistes des solos de saxo dont s’enchante l’éternel détour.

Mérimée. D’esprit positif ou petit plomb dans l’aile, un romanesque stendhalien ameubli diffuse son clin d’œil.

Des larmes de reconnaissance me montent à la lecture de Colomba. Colomba, cette miniature d’Électre, vocératrice au maillé mouillé de grâce et d’instigation que rend si bien un second couteau des lettres. Eschyle ne fait pas pleurer.

Christophe Stolowicki

Passage d’encres III - n° 5 - 3e trimestre 2015.