Accueil > Passage d’encres III, revue en ligne > 6. Hélène entrevue - Gérard Deloux

6. Hélène entrevue - Gérard Deloux

mercredi 18 novembre 2015

6. Passage d’encres III - 4e trimestre 2015 - issn en cours.

HÉLÈNE ENTREVUE

Récit d’Idoménée

(Extrait)

Le massacre et la violence furent immenses : Astyanax enfant d’Hector jeté des murailles, Cassandre violée aux pieds d’Athéna.
C’est en son honneur que je dis la vérité. La mode est de tuer et encore tuer avec l’illusion d’augmenter les chances de sa propre vie. On tue et on sacrifie les enfants : les mères et les vieillards veulent en faire des héros et des morts. Iphigénie fut sacrifiée par Agamemnon dans l’espoir d’apaiser les éléments.

À mon retour de Troie, j’avais promis de tuer le premier être vivant rencontré si la tempête cessait. Elle cessa et le premier que je vis fut mon fils. Je refusai de le sacrifier et, abandonnant la Crète pour Sallente, je devins un gouverneur paisible grâce aux conseils de Télémaque et de Mentor à la recherche d’Ulysse.

Bêtise et malheur, serments et sacrifices, que le doute m’habite avec le renoncement.

Je partis pour Rhodes. J’arrivai par un chemin parfumé de résine et de menthe. Maison de retraite à plusieurs étages. Les couloirs vides et lustrés me conduisirent jusqu’à la porte indiquée. Elle était entrouverte. Je la poussai. Je vis deux fesses nues soulevées sur un siège.
Je fermai sans bruit et partis à pas lents. Était-ce Hélène ? J’en doutai. Je vis au firmament les Gémeaux, Castor et Pollux, qui l’avaient tant de fois sauvée.

Polyxo n’avait pas envoyé les Furies pour la pendre. Avait-elle pardonné ? Hélène était-elle entrée dans le temps pour vieillir et mourir ?
Je ramai doucement vers un rivage et je sus que, malgré ma renommée, je n’accepterais pas la couronne d’Angleterre.

Gérard Deloux

Passage d’encres III - n° 6 - 4e trimestre 2015.