Accueil > Passage d’encres III, revue en ligne > 7. Brèves 11

7. Brèves 11

jeudi 4 février 2016, par Christophe Stolowicki

7. Passage d’encres III - 1er trimestre 201 - issn en cours.

BRÈVES 11

Des « philosophes » font autorité depuis que le poète. Aux cochons, aux orties, pouilleux de ses privilèges, droits d’auteur. Rue dans les rues.

Viens me rejoindre, je ne supporte plus d’être seul, écrit-il du tapis volant d’un éclat de rêve.

Brèves sans humour, à l’encontre du genre.

Quand la droite ne pense pas ; que la gauche pense penser ; que l’extrême droite s’arcboute sans penser. Que l’impensé comme l’inespéré. Fait défaut.

En miettes de regard sous la langue je te regarde vivre.

La poésie, le roman tombés en inégale désuétude. Contractant le prosimètre, un genre mixte qui les relève ?

Moustache en paraphe il transefigure l’espace-temps. Sous un ciel de Dali touchons-nous du moi le réel ?

Scruter un tableau de Dali d’un regard distrait comme écoute flottante. Voir, voir comme jamais ouï.

Dans un désert de Dali, ô en couleurs de Dali, micromacrocosmique le rêve. Appendues les luxueuses chairs molles évidées en guenilles.

Il se survit comme Rimbaud qui aurait réussi dans la vie.

Daliennes glaires de cristal en suspension colloïdale, dalien lion soluble en poisson. L’œuvre colossale implose à toison de putrescents joyaux qu’un génie de la lampe, divin caduc, transporte bientôt d’un désert des mille & un mirages dans un charnel dortoir d’Auschwitz.

L’hénaurme du surréaliste. Dali pas étranger à l’abus de l’adjectif dans la presse pour insolite, burlesque, délirant, décontextualisé, rocambolesque, loufoque, hétéroclite, la liste s’allonge tous les jours.

Un siècle de siècle après le coup de dés, une pub pour Evian tout en typographie dansante et décrochages met Mallarmé en couleurs.

Carnets du dessert de lune. Clins d’œil m’arrachent le blanc de l’œil. La poésie plat de résistance, non dessert. Et. N’est plus lunaire depuis Baudelaire.

Fais que mon âme, un jour, sous l’Arbre de Science, / Près de toi se repose – je préfère que tu m’invites chez Lipp. Comme un Temple nouveau ses rameaux s’épandront sur un plat du jour classique comme le classique que tu deviens, arrosé d’un cru moyen – parmi les rumeurs du rez-de-chaussée plutôt que les touristes à l’étage.

Guillaume Musso caracole en tête de gondole avec plus d’un million d’exemplaires vendus. Insatiables enfants. Refermé le volume le gouffre plus amer.

Marc Cholodenko. Il est mort ?, titre-t-il. « Il est mort », répond-il en quatrième de couverture. Minérale de l’amertume savante d’un vieux Margaux en ses religieux tanins, longue en bouche d’un deuil tard consommé, la coupe un éclair unique, […] tout chargé d’adieux. De prochains adieux.

Tatouage. Quelle fruste inculture il y faut. Si je devais être tatoué, je ressemblerais à un manuscrit de la mer Morte.

Vivre libre et actionner le parachute à bout touchant.

Christophe Stolowicki